29-09-1914 Freud à Binswanger

F

Prof. Dr. Freud

Vienne, IX. Berggasse 19 le 29 septembre 1914

Cher Docteur !

Je tiens volontiers compte de l’avertissement contenu dans votre dernier envoi. (Entre nous, est-ce que je ne connaî­trais pas cet auteur anonyme L. B, (1) ?) Mais je ne peux rien vous dire d’autre que ce que vous avez dû vous-même sup­poser. C’est-à-dire que nous sommes complètement soumis aux conséquences des événements, que la poursuite de nos travaux exige des efforts immenses et que nous prévoyons une réduction massive de notre activité thérapeutique. Mon fils aîné (2) est engagé volontaire, donc encore au Tyrol, ma fille (3) est rentrée d’Angleterre par le train de la mission diplomatique.

Nos revues vont continuer à paraître, un peu réduites et retardées, le Jahrbuch est bouclé depuis longtemps mais Deuticke ne l’a pas encore expédié. Le 7 octobre se tiendra la première session de l’Association. Me permettez-vous d’y annoncer, comme convenu, votre mutation (4) ?

Je suis allé la semaine dernière à Berlin et à Hambourg (5) pour y chercher un peu de réconfort. J’espère recevoir bientôt de très bonnes nouvelles de vous, de votre chère femme et de votre progéniture riche de promesses.

Cordialement votre

Freud

1.   Binswanger a adressé à Freud son travail Klinische Beiträge zur Lehre vom Verhältnisblödsinn (1914a), qui (par égard envers son maître Bleuler) parut sous le pseudonyme de « Lothar Buchner ».

2.  Martin Freud en tant que volontaire avait été enrôlé comme canonnier et poursuivait son instruction à Salzbourg et à Innsbruck ; cf. Jones (1960-62), t. 2, p. 209, et la lettre de Freud à Ferenczi du 23 août 1914 (ÖNB Wien).

3.  Anna Freud, qui séjournait en Angleterre depuis le 18 juillet, est retournée à Vienne par Gibraltar et Gênes sous la protection de l’attaché autrichien ; cf. Jones (1960-62), t, 2, p. 209.

4.   Cf. Protokolle, t. 4 (1981), p. 257.

5. Freud était depuis le 16 septembre en visite chez sa fille Sophie Halberstadt à Hambourg et, au retour, passa cinq jours chez Abraham à Berlin ; cf. Jones (1960- 62), t. 2, p. 210.

Leave a Reply