Archives de l’auteur : ttyemupt

Quignard_Acteon

« Non seulement la tradition a conservé les noms de tous les chiens qui dévorèrent Actéon mais elle conserva l’ordre dans lequel eut lieu la curée. Ce fut d’abord Mélanchétès qui, surgissant derrière Actéon, donna dans le dos le premier coup de dents. Théodamas fut le second et visa les reins. Orésitrophos s’accrocha à son épaule. Puis tous les crocs s’abattirent les uns après les autres sur le corps du chasseur au fur et à mesure que le corps de l’homme devenait le corps d’un cerf magnifique. D’abord ses chiens préférés: Ichnobates né à Gnose, Mélampus né à Sparte, Pamphagos, Dorcée, Oribasos. Puis l’énorme Nébrophonos, le rapide Ptérélas, le farouche Théron, Agré au flair incroyable. Puis Lélaps, Hylée, Péménis, Dromas, Canachè, Stictè, Tigris, Alcée, Thous. Puis Napé qui est encore un loup, Ladon de Sicyone si maigre, Aello l’infatigable, Leukon blanc comme la neige, Harpya et ses deux petits. Puis Lyciscè et son frère le Chypriote, Absolus tout noir, Harpalos avec une tache blanche sur le front, Mélanée, Lachné, le Laconien, Labros, Agriodos. Le tout dernier fut Hylactor à la voix si pénible, si aiguë, si perçante et ce fut l’os de la main droite d’Actéon, point encore transformée en sabot, qu’il tint entre ses crocs. »

Pascal Quignard, Dernier royaume VII, Les désarçonnés, p. 225.