Lettre inédite.

Noirmoutier, 15 août 1938

Cher ami,

 

Je me repose depuis quelques jours à Noirmoutier ; je veux dire que je ne suis que maintenant reposé. Nous allons ma femme et moi partir après-demain pour un tour dans le midi. Je pense aller frapper à la porte du 12 rue de la Saunerie quand nous passerons à Montpellier. Peut-être vous y trouverons-nous ou bien un billet qui nous indiquerait qu’on peut vous trouver dans les environs ? Nous en serions fort heureux.

À bientôt donc, peut-être. Je remets toute autre communication sur mon état d’esprit à cette entrevue si elle a lieu.

Bien vôtre,

 

Jacques Lacan.