Le Tour du Monde en 80 minutes

19 juillet 2005

Première bande dessinée traduite en Chinois par madame Qin Jié
traduction du " Tour du monde en 80 minutes ", sur la conquête spatiale

sponsorisée par :

Hélène Degoix

Alexis Faure et

José Bray, France

Télécharger le fichier en pdf ( 8 mégas )

Il faudra que des relais chinois créent un site écho "Lanturluland" en Chine même, pour que les albums puissent être téléchargés dans le pays même. Qin Jié a un ami ingénieur qui travaille dans un centre spatial à Shangaï, je crois, et qui a révisé le texte de la BD.

Ainsi nous envahirons l'Empire du Milieu avec un produit que les Chinois ne pourront pas concurrencer.

- Parce que quand un truc est gratuit, on ne peut pas baisser les prix.

- Parce que les Lanturlu se sont toujours avérés inimitables.

Avis aux entreprises qui voudraient se faire connaître en Chine pour 150 euros, avec le premier prospectus que non seulement les destinataires ne jettent pas, mais qu'ils dupliquent sans limitation de temps.

Je suppose que John Murphy a du prendre quelques vacances. De toute façon il a maintenant des sous pour traduire plusieurs albums. Pas de problème avec lui. Il fera le boulot et ça sera de qualité, comme tout ce qu'il a fait pour moi dans le passé. .

J'ai reçu un courrier d'une entreprise située en Lithuanie, qui se propose d'assurer la traduction des bandes dessinées en lithuanien et en russe. Je leur ai proposé de faire des éditions sur papier comme cadeaux d'entreprise.

Il faudra un beau jour que je gratte de nouveaux albums. J'en ai d'abord 5 ou 6 sous forme de brouillons et dix autres dans la tête. Je compte par ailleurs produire des Lanturlu "pour nuls et mal comprenants", niveau 10-12 ans, pour diffuser une pédagogie à la portée du grand public, sur des sujets simples ( l'électricité, etc...). Dans dans l'instant je dois publier un travail de cosmologie théorique vraiment sympa, avec trois cosignataires dont l'identité en suprendra plus d'un.

Des lecteurs m'envoient sans cesse des tas de dossiers intéressants et j'essaye dans la mesure de mon temps disponible de les mettre en forme et de les placer dans mon site. Qu'il sache que tous mes mails de juin et juillet ont tout simplement disparu de mon ordinateur, sans doute du fait de l'action d'un hacker. Il leur faudra donc me renvoyer ces documents. Je les examinerai en revenant des émirats. Je remarque simplement que les fichiers ont disparu peu de jours après que ce contact ait été établie. Bon....

J'avais espéré disposer de temps pour faire un dossier sir ITER. Je le ferai dès que possible. Un tel projet suscite chez moi de la consternation et de la colère. Ceux qui sont derrière celui-ci savent tellement que ça ne marchera pas qu'ils ne font même pas de promesses. Mais bon sang, avec ces dix milliards d'euros on pourrait impulser des recherches cruciales sur les énergies renouvelables, le solaire, l'éolien, la biomasse ( ça aussi, j'en parlerai ). Des recherches urgentes. Au lieu de cela, avec des projets comme ITER, et avant lui MEGAJOULE ont va créer des jouets pour polytechniciens, ruineux, avec lesquels ils pourront s'amuser à nos frais pendant 20 ou 30 ans. Alors, au vu des résultats, on nous dira :

- Donnez nous 30 milliards d'euros. On fera une machine encore dix fois plus grande, et alors, peut-être...

En France, si vous avez un bonne idée, avec un bon rapport " espérance de résultat sur coût " et avec même des premiers résultats, et si vous voulez trouver de l'aide : zéro. J'en ai été un vivant exemple pendant 35 ans, sur je ne sais combien de projets successifs. Vox clamat in deserto. En France un type qui innove, qui est en avance sur son temps, dérange. Il dérange " l' appareil " la pyramide de polytechniciens qui tient tout.

En MHD, Gilbert Payan, conseiller de Curien ( issu, lui, de Normale Supérieure ) lors de la création du Gepan : polytechnicien. René Pellat ( membre du Conseil SHubert Curien (qui fut directeur du Cnes lors de la création du Gepan ), décédé : polytechnicien. Alain Esterle (successeur de Claude Poher à la tête du Gepan) : polytechnicien.....

Grâce à ceux-là la France s'est pris trente ans de retard sur les Américains dans cette discipline et c'est totalement irrattrapable. Ca n'est même pas la peine d'essayer. Au passage les gens du Cnes n'ont pas encore compris que les lanceurs du 21° siècle s'appuieront sur l'air et utiliseront la MHD, mettant les fusées au rencart. Mais avant de faire passer cette idée dans ces cervelles-là, bonjour....

Vous savez ce que disait Clémenceau ?

- Si vous voulez abattre l'Allemagne, créez-y une école polytechnique.

Les gens de l'X forment une franc-maçonnerie qui gangrenne toute l'activité de recherche en France. Ils ne sont responsables devant personne. Ils sont au coeur de toutes "les grandes décisions en matière de recherche". Certain politiques sont des polytechniciens, comme Giscard d'Estaing, qui appuya en son temps cette vaste escroquerie qu'on appela "les avions renifleurs", des appareils équipés de détecteurs qui devaient leur permettre de localiser les gisements pétrolifères.

Parfois le système piloté par des gens issus de Grandes Ecoles donne des résultats ( le TGV, Airbus, Eurocopter, etc...). Mais en dehors de quelques exceptions, ce système français, qui fonctionne comme une véritable franc-maçonnerie, freine et étouffe beaucoup trop de choses.

Je le vois autour de moi. Ce système laisse si peu d'espoir aux esprits brillants que ces gens ne songent qu'à une seule chose : quitter la France, aller tenter leur chance ailleurs. Et je ne peux pas les en blamer. Le système de la recherche française est une aberration sur toute la ligne. Nous "perdons des tours" un peu plus chaque année. Nos chercheurs s'arrachent les cheveux au fur et à mesure que défilent les "ministres de la recherche et de la technologie" ( Claudie Haygneré, ça ne vous rappelle rien ? ). Même chose avec le défilé des directeurs du Cnrs. Une année, les cimenteries Lafarge nous avaient même fait cadeau d'un membre de la direction : Feneuille, qu'on installa quelques années à la tête du Cnrs. Quelqu'un , "en haut lieu" avait sans doute dit :

- Vous savez, ce Cnrs, c'est une entreprise comme une autre. Et il faut qu'une entreprise soit bien gérée. Regardez les ciments Lafarge. Ca marche bien parce que c'est bien géré. Je pense que nous devrions prendre exemple sur ces gens et leur demander de nous envoyer un de leurs gestionnaires.

Ce qui fut fait.

Ci-après, un extrait du travail de Mme Qin Jie :


Nombre de consultations depuis le 19 juillet 2005: 3837

Retour vers Nouveautés        Retour vers Guide        Retour vers page d'Accueil