25-03-1914 Freud à Abraham

* Vienna, IX, Berggasse 19

25.3.14.

Cher ami,

Ci-joint la lettre de Jones. Il est remarquable de voir comment chacun de nous, à tour de rôle, est saisi par l’impulsion de frapper mortellement, au point que les autres, sont obligés de le retenir. Je pressens que ce sera Jones qui nous produira le prochain plan d’action. A cette occasion, la fonction de la colla­boration au sein du Comité se manifeste à plein. Nous repar­lerons de tout cela. Le numéro critique de la Zeitschrift vient de paraître, il nous épargnera peut-être de prendre certaines décisions.

Vous n’avez pas dit quand vous ferez le petit voyage que vous avez bien mérité.

Depuis que j’ai terminé le Narcissisme, je suis dans une mau­vaise passe. Un mal de tête fréquent, des difficultés intesti­nales, et déjà une nouvelle idée de travail qui va accroître les difficultés de l’été, étant donné qu’elle implique nécessaire­ment de résider dans un lieu calme et exclut donc un séjour à l’hôtel. D’une manière générale, notre été, jusqu’ici, a tout du sphinx.

Je vous salue cordialement, vous et votre chère femme.

Votre fidèle

Freud.

Legg igjen en kommentar