11-04-1906 Freud à Jung

1 F

11. 4. 06.

IX, Berggasse 191.

Mon honoré collègue,

Mes chaleureux remerciements pour l’envoi de vos Études diagnostiques d’association2, dont par impatience j’avais déjà fait l’acquisition. C’est naturellement votre dernier travail, « Psychologie et expérience d’association », qui m’a fait le plus grand plaisir, puisque, vous appuyant sur l’expérience, vous avez affirmé que je n’avais rien dit que de vrai des domaines jusque-là inexplorés de notre discipline. Je compte assurément que vous serez encore souvent amené à me confirmer, et je me trouverai aussi volontiers corrigé.

Votre dévoué collègue,

Dr Freud.

  1. On a simplifié dans cette édition l’en-tête imprimé (sur du papier de 13,5 X 17 cm. (Pour l’en-tête complet, voir fac-similé pl. 2). Freud se sert d’un en-tête différent dès la lettre 52 F.
  2. Diagnostische Assoziationsstudien; Beiträge zur experimentellen Psychopathologie, vol. I, Leipzig, 1906. Le livre contient six travaux de Jung et d’autres médecins de l’asile cantonal et clinique universitaire de psychiatrie du Burghölzli à Zurich. Jung, qui dirigeait les expériences, en est aussi l’éditeur. Les travaux ont paru tout d’abord de 1904. à 1906 dans le Journal für Psychologie und Neurologie comme articles séparés, suivis de 1906 à 1909 de six autres essais qui parurent en 1909 réunis dans le second volume des Études diagnostiques. Les travaux de Jung, y compris « Psychoanalyse und Assoziationsexperiment », 1906, se trouvent dans les Gesammelte Werke, Rascher, Stuttgart et Zurich, 1966, vol. II. [Dorénavant abrégés, G. W. et chiffre arabe.] La première allusion publi­que à Jung fut faite par Freud en juin 1906 dans une conférence à un sémi­naire de jurisprudence de l’université de Vienne : « Tatbestandsdiagnostik und Psychoanalyse » [ « La psychanalyse et l’établissement des faits en matière judiciaire par une méthode diagnostique », dans Essais de psycha­nalyse appliquée, Gallimard, 1971, p. 45] Archiv für Kriminalanthropolo­gie und Kriminalistik, XXVI, 1906 : « [Ces essais] ne devinrent judicieux et fructueux que lorsque Bleuler à Zurich et ses élèves, en particulier Jung, commencèrent à s’occuper de telles « expériences d’association ». [Gesam­melte Werke, dorénavant abrégés G. W. et chiffre romain, VII, 4].

Leave a Reply