13-05-1907 Jung à Freud

24 J

Burghölzli-Zurich, 13. V. 07.

Très honoré Monsieur le Professeur!

Avant tout je vous prie instamment de me pardonner la longue pause que je me suis permise. Je ne pouvais ni ne vou­lais écrire plus tôt, avant de voir un peu plus clair. Je voulais surtout d’abord accueillir et assimiler complètement vos notes sur la paranoïa. D’abord la chronique! Vous apprendrez bien­tôt qu’un assistant kraepelinien (1) m’a tué dans le Zentralblatt de Gaupp par une critique du livre sur la dem. pr.. Vous y êtes naturellement compris. C’est touchant de voir comme il se démène tout désemparé autour de la chose. Si vous n’avez pas le Zentralblatt, je peux vous envoyer pour édification le tiré à part que j’ai reçu. Il lui a tout de même fallu écrire exprès un travail là-dessus. Maintenant au moins on tire avec des canons. Mais dans le fond l’affaire a fait une nouvelle fois de l’effet sur moi, puisque je vois comme il est infiniment diffi­cile de communiquer vos idées au peuple.

L’auto-érotisme a un nouveau triomphe à porter à son actif. Nous avons dernièrement réussi une analyse chez une catatonique cultivée et très intelligente, qui possède une très bonne introspection. Elle se promène toujours raide et sans affect et on ne peut qu’avec peine la garder dans un bon département, car elle souille occasionnellement avec des excréments. Elle nous a indiqué spontanément que depuis qu’elle est tombée malade, elle devient dans sa pensée comme un enfant, que de vieux souvenirs infantiles surgissent en masse, dans lesquels elle se perd totalement. Quand elle souille avec des excréments, c’est qu’elle a simplement l’idée (dans un état proche de l’ « absence de pensées ») de ne pas s’asseoir sur le siège du cabi­net, mais de déféquer sur un papier par terre. Chose remarqua­ble, elle a fait cela étant enfant. Elle souffrait alors, dit-elle, de constipation et elle se fatiguait trop sur le siège; elle aurait alors commencé à déféquer toujours sur un papier. Dans la maladie sont apparus aussi des états d’excitation locale, avec masturbation. Chose significative, la sexualité sensu strictiori n’agit pas du tout sur la psyché, mais reste dans la plupart des cas locale et est ressentie comme quelque chose d’étranger et d’importun, ou en tout cas il ne se produit pas de refoulement correspondant.

J’ai réfléchi à plusieurs reprises à vos « points de vue sur la paranoïa », aussi en compagnie de Bleuler. Que l’idée délirante prenne son origine dans l’affect (= libido), cela nous est tout à fait compréhensible. Il me semble toutefois que par votre expli­cation de la « projection vers l’extérieur » vous ne pouvez enten­dre que la genèse de l’idée de persécution. Mais dans la d. pr. toute chose est projetée vers l’extérieur. Les idées délirantes concernent en général un mélange désordonné d’accomplisse­ment de désir et d’entraves. Jusqu’à présent, j’ai toujours trouvé éclairante l’analogie suivante : l’extatique religieux, qui désire la divinité, se voit un jour comblé par la vision de la divinité. Mais la contradiction avec la réalité lui apporte aussi le contraire : la certitude devient doute, la divinité diable et le plaisir sexuel sublimé de l’union mystique angoisse sexuelle, avec tous ses fantômes historiques. On voit là comment le désir crée directement la projection vers l’extérieur, parce qu’il y a désir de réalité. On peut assez souvent trouver ce même désir [Wünschen] dans l’inconscient du paranoïaque, à ceci près que le contraste tend à s’objectiver. La persécution est alors souvent simplement compensée par un sentiment de grandeur, qui arrive toutefois moins souvent à produire des objectivations. Chez les paranoïaques de la dem. pr. cependant, l’accomplissement de désir est bien plus fréquent. Quand vous dites que la libido se retire de l’objet, vous voulez sans doute dire qu’elle se retire de l’objet réel pour des raisons normales de refoulement (obstacles, impossibilité évidente de l’accom­plissement, etc.) et qu’elle se tourne vers un démarquage fan­tasmatique du réel, avec lequel elle commence alors son jeu auto-érotique classique. La projection vers l’extrémité percep­tive émane du désir originel de réalité, qui, s’il est irréalisable, se crée sa réalité sur le mode hallucinatoire. Seulement dans la psychose cela réussit de travers, en ce que seul le contraste s’exprime objectivement. D’où cela vient-il? ce n’est pas encore tout à fait clair pour moi, peut-être de ce que la composante de contraste est renforcée par la composante normale de cor­rection. Je vous suis extraordinairement reconnaissant de toute correction que vous apportez à ma conception. C’est par là uniquement que j’espère pouvoir me rapprocher de vous.

Il manque encore à Bleuler une définition claire de l’auto- érotisme et de ses effets psychologiques spécifiques. Il a cepen­dant accepté la notion pour sa présentation de la dem. pr. dans le manuel 2 d’Aschaffenburg. Il ne veut toutefois pas dire auto-érotisme (pour des raisons connues), mais « autisme » ou « ipsisme ». Pour moi, je me suis déjà habitué à « auto-éro­tisme ».

Votre patient de Görlitz a maintenant des symptômes catatoniques indubitables du niveau auto-erotique le plus bas, il souille. C’est ce que son père m’a dernièrement écrit. Un traite­ment psychique, une simple analyse même sont totalement exclus, comme je le vois malheureusement assez souvent cha­que jour chez nos catatoniques.

Maeder (3) a maintenant publié des analyses de rêves dans les dernières Archives de psychologie.

Voici que je reçois aussi votre Gradiva (3). Recevez mes plus cordiaux remerciements ! Je vais tout de suite me mettre à la lec­ture avec grande impatience.

J’ai à présent en traitement analytique une fillette de six ans avec masturbation excessive et mensonges, après une pré­tendue séduction par son père nourricier. La chose est très compliquée ! Avez-vous de l’expérience avec de si petits enfants? Excepté une représentation tout à fait sans couleurs et sans affects du traumatisme dans la conscience, je ne réussis à obte­nir ni spontanément ni par suggestion la moindre abréaction accompagnée d’affect. Actuellement, on dirait que le trauma­tisme est une duperie. Mais d’où l’enfant connaît-elle toutes les histoires sexuelles? L’hypnose est bonne et profonde, mais l’enfant évite avec la plus grande innocence toutes les sug­gestions à représenter le traumatisme. Il n’y a que ceci de significatif : dans la première séance elle a spontanément hal­luciné une — « petite saucisse à rôtir, dont la femme disait qu’elle devenait toujours plus grosse — ». A ma question où donc elle voyait la saucisse, l’enfant a dit rapidement « sur Monsieur le docteur! » Donc tout ce qu’on peut souhaiter en fait de transposition. Mais depuis lors le sexuel est entièrement bloqué. Pas de signe de d. pr. !

Avec beaucoup de salutations respectueuses, votre très dévoué

Jung.


1.  Max Isserlin, « Über Jungs Psychologie der Dementia praecox und die Anwendung Freudscher Forschungsmaximen in der Psychopathologie » [Sur la Psychologie de la Dementia praecox de Jung et l’emploi de maximes de recherche freudiennes en psychopathologie ], Zentralblatt für Nervenheil­kunde und Psychiatrie, vol. XXX, n.s. XVIII, mai 1907. Isserlin (1879-1941), de Königsberg, était neurologue à Munich; il fut longtemps l’assistant de Kraepelin, Il mourut en Angleterre où il vivait comme réfu­gié.

2. Cf. 272 J, n. 7.

3.  Alphonse E. Maeder, « Essai d’interprétation de quelques rêves », Archives de psychologie, vol. VI, 1906. Maeder (1882-1971), psychothéra­peute suisse, pendant quelque temps président de l’Association zurichoise de psychanalyse, suivit Jung après la rupture de ce dernier avec Freud; plus tard, Maeder développa une technique d’analyses courtes et se joi­gnit au mouvement d’Oxford.

4- Délire et rêves dans la « Gradiva » de W. Jensen. Éd. orig. : Schriften zur angewandten Seelenkunde, fasc. 1, Leipzig et Vienne 1907. Éd. franç., Paris, 1971. Cf. Jones, II, p. 362. : « C’était Jung qui avait attiré l’attention [de Freud] sur ce récit, et ce dernier avait, aux dires de Jung, écrit son petit livre exprès pour lui faire plaisir. » La présente correspondance n’étaye cependant en rien cette affirmation; peut-être Jones confond-il la Gradiva avec le volume de nouvelles Übermächte [Puissances supérieures] du même Jensen, que Jung signala en effet à Freud.

Leave a Reply