08-01-1914 Freud à Jones

168

Imago

8 janvier 1914 Vienne

Cher Jones,

En échange de votre lettre de Putnam, je vous en adresse une autre qui paraît assez bonne. Son accord à propos de Jung apparaîtra comme une décision forte si vous vous souvenez de mes mots, « brutal, insincère, parfois déshonnête ». Même en théorie, il fait davantage de concessions que nous pouvions l’espérer, même si, bien entendu, le refoulé revient par une «Hinterthür» [par la petite porte]. Retournez sa lettre pour les besoins de la réponse. Je déplore la perte de son enfant, mais ce n’est pas l’aimée, la Griselda (1).

Loe progresse passablement, si je ne m’abuse. Vous aurez reçu la circulaire de Jung à propos du Congrès. Je vous prie de ne pas répondre avant d’avoir pris contact avec Berlin, Bpest et Vienne. Nous voulons mesurer nos forces à celles de Zurich et agir de concert. Dites-moi donc ce que vous proposez pour faire avancer notre groupe. Vous en tiendrez-vous à la décision du Congrès, voter pour Schandau et aller là-bas avec le plus de membres possibles? Ou proposer quelque chose qui exclut le Congrès et met pratiquement fin aux réunions ? Réfléchissez-y et donnez votre réponse à Rank ou à Sachs, qui ont posé la même question à Ferenczi et à Abraham.

Merci du passage intéressant de Boas. Je travaille à la Geschichte der ψα Bewegung, que j’essaie de rendre aussi indiscrète et amusante que possible.

Bien fidèlement à vous

Freud

1.  Voir Putnam à Jones, 16 décembre 1913, et Putnam à Freud, 25 décembre 1913, in Hale (1971 a, p. 280-281,167-169).

2.   Titre de Freud (1914 d). L’allemand est écrit en caractères gothiques.

Leave a Reply