22-10-1914 Freud à Jones

22 octobre 1914

Vienne, IX. Berggasse 19

Cher Jones,

Un de mes amis, professeur d’archéologie à Rome, a la bonté d’emmener avec lui en Italie cette lettre non soumise à la censure (1). J’ai reçu vos nouvelles via [van] Emden ainsi que les mêmes via Martin et Assagioli, répondu par la même voie et espère que vous aurez déjà la réponse entre les mains.

Je dois vous transmettre les salutations de tous les miens, des amis et de l’Asso­ciation, auprès de qui tous vos efforts pour rester en contact avec nous ont trouvé un accueil très sympathique. Il a été unanimement décidé de ne point vous considérer comme un ennemi !

Quoi que vous puissiez lire à notre sujet dans les journaux, n’oubliez pas qu’on ment énormément en ce moment. Nous ne souffrons d’aucune restriction, d’aucune épidémie et le moral est très bon. Deux de mes fils sont à l’armée (2), mais seulement encore à l’instruction. Aucun de nos amis proches n’a encore été mobilisé, mais le conseil de révision qui va se tenir pourrait bien arracher Sachs ou Rank à leur acti­vité. J’ai rendu visite à Abraham en septembre à Berlin, il travaille beaucoup dans un hôpital et il est de très joyeuse humeur ; nous avons beaucoup parlé de vous. Il est paru ces jours-ci un numéro de la Zeitschrift et un autre d!Imago. Dans Imago, il y a le travail de Jekels sur Napoléon (3); je vais veiller à ce qu’on vous en fasse parvenir un par l’intermédiaire d’Emden. Mais c’est une revue allemande et elle ne sera pas auto­risée à entrer !

Pour Eder il n’y a rien à regretter. Binswanger est passé chez nous. On ne pour­rait rassembler dans tout le continent 7 heures d’analyse, comme vous les avez encore chez vous. J’ai très peu à faire.

Ferenczi est si désœuvré qu’il s’est pris des vacances à Vienne. Je travaille à la troisième édition de la Théorie sexuelle et à une histoire de malade difficile pour le Jahrbuch (4). D’Amérique ne m’ont donné signe de vie que Brill et Payne; j’ai proposé à ce dernier la traduction de l’article sur l’histoire du mouvement ψα, pour le journal de M. Prince, au cas où Brill l’accepterait (4). Je vous salue cordialement dans l’attente de vos nouvelles, malgré la guerre et notre statut d’ennemis.

Yours truly

Freud.


1.   Professeur Emanuel Loewy ; voir Jones (1955 a, p. 174, 384 ; 1955 b, p. 195, 429).

2.    Martin et Ernst Freud.

3.   Jekels (1914).

4. Freud (1905 d), 3e éd. 1915. La célèbre histoire de l’ « homme aux loups» (Freud, 1918 b) parut dans Sammlung, 4.

5.  En fait, traduit par Brill pour la revue de Jelliffe et de White, Psychoanalytic Review, voir Brill (1916 d).

Leave a Reply